Finalistes – Étudiants

Une firme d’urbanisme à but non lucratif

Étudiants : Charlotte Montfils-Ratelle, Samuel Descôteaux Fréchette et Justin Verville Alarie 

L’Arpent, organisme spécialisé dans l’intervention sur les territoires suburbains (des territoires qui possèdent les caractéristiques suivantes: faible densité de population, séparation des fonctions urbaines et dépendance à la voiture) offre ses services-conseils en aménagement du territoire auprès des municipalités, promoteurs immobiliers et citoyens dans le développement de milieux de vie plus complets et durables.

Une solution pour les auteurs qui s’autoéditent

Étudiants : Simon-Pierre Marion et Patrick Lepage

Scénarex, entreprise spécialisée dans la gestion de la sécurité des fichiers numériques, propose la solution: Bookchain™, une solution technologique innovante, qui rend possible la revente ou le prêt de livres numériques par un lecteur, en lui permettant de transférer ses droits de lecture à un autre lecteur, tout cela en garantissant à l’auteur, à l’éditeur et au distributeur de l’ouvrage une juste part des profits de la revente.

Un espace de rédaction en ville

Étudiantes : Émilie Tremblay-Wragg, Marie-Eve Gadbois et Sara Mathieu-Chartier

Voilà Blitz Paradiso souhaite établir un premier espace collectif de rédaction conçu pour les étudiants de 2e et 3e cycles. L’Espace Blitz, un lieu répondant aux besoins des étudiants et présentant les caractéristiques de l’espace idéal en matière de mobilier, d’ergonomie et de luminosité, permettrait à 40 étudiants de rédiger en même temps. Un espace semblable pourrait ensuite voir le jour à Québec, à Sherbrooke et en Outaouais. Le projet est également lié au développement d’un Espace digital.

Démocratiser l’activité physique à tout âge

Étudiants : Sébastien Hémond et Éric Couture

Création d’une plateforme web axée sur le conditionnement physique, l’alimentation et le bien-être des 50 à 70 ans. FitHive offrira à ses abonnés des vidéos spécialisées, de l’information technique et médicale, des feuilles d’entraînement, des conseils alimentaires ainsi que la possibilité d’échanger avec d’autres usagers. L’entreprise souhaite également s’associer avec des professionnels certifiés – kinésiologues, physiothérapeutes, instructeurs de yoga – qui pourront répondre aux besoins des clients.

Des ateliers mobiles pour stimuler la créativité

Étudiantes : Lina-Camélia Louessard et Émelyne Chilin

S’inspirant des Fab Labs, ces étudiantes souhaitent recycler des conteneurs maritimes usagés pour en faire des ateliers mobiles, accessibles dans différents quartiers de Montréal. Ces Wàku ateliers – en japonais, wàku est l’abréviation de wakingu, qui signifie travail –, mettront à la disposition du public des outils, tables de travail, machines et logiciels à faible coût. D’ici quelques années, l’objectif est de créer une quinzaine de Wàku ateliers à travers le Québec.